Budget 2018 : croissance des charges, encore et toujours. Le capital-santé de l’Etat se réduit comme peau de chagrin d’un budget à l’autre

« Croissance des charges marquée, mais maîtrisée » annonce l’État de Vaud dans son communiqué de presse sur le budget 2018. Si le premier qualificatif de la croissance des charges, « marquée », confirme une fois de plus les craintes du PLR Vaud, le deuxième terme, « maîtrisée », le laisse circonspect. Le parti vaudois tire la sonnette d’alarme depuis moult années sur les conséquences d’une augmentation constante des charges pour la santé financière de notre canton (cf. titres de nos communiqués de presse depuis 2014 en fin de document). Encore et toujours, mais jusqu’à quand ?, les charges et les ETP (emplois à temps plein) augmentent et laissent penser que la « maîtrise » est davantage théorique que pratique. La seule maîtrise vient des ministres de centre-droite et du travail méticuleux du chef des finances, Pascal Broulis, qui réussit, malgré des départements en mains de gauche toujours plus voraces, à présenter un 12ème budget équilibré.

Le budget 2018 de l’État de Vaud annonce, sans surprise, une croissance des charges de 2.48% (+CHF 231 millions) et une augmentation des ETP de 229.8. Le capital-santé de l’État se réduit comme peau de chagrin d’un budget à l’autre, ce qui désole le PLR Vaud. À force de tirer sur l’élastique, celui-ci va finir soit par éclater, soit par revenir directement au visage des contribuables. Avec ce budget, l’État de Vaud mènera un train de vie « significativement supérieur » aux revenus d’impôts escomptés et supérieur aux PIB suisse et vaudois attendus. C’est de plus en plus difficilement que le ministre des finances Pascal Broulis arrive à nouer les cordons de la bourse. De « gourmand », le secteur du social est passé à « vorace ». Le domaine du social représente à lui seul (!) 58% de l’augmentation totale. Encore et toujours, l’État préfère dépenser dans le social que dans la formation.

Alors que le PLR Vaud observait il y a peu que le Département de la santé et de l’action sociale (DSAS) passait de « maous » à « mammouth » au niveau de l’étendue de ses prérogatives, le projet de budget 2018 confirme un DSAS « mammouth » qui dévore une bonne partie des financements. Le domaine du social affiche ainsi une croissance de +5.9% par rapport au précédent exercice. C’était +.5.5% en 2017, +5.8% en 2016, +4.8% en 2015, +4.3% en 2014, +5.8% en 2013.

Alors qu’une nouvelle augmentation des primes d’assurance-maladie est annoncée pour demain (le PLR Vaud aura l’occasion d’y revenir), c’est sans surprise qu’on retrouve également des augmentations dans le secteur de la santé : +1.9% par rapport à 2017. En 2017, c’était 2% d’augmentation prévue, +2.1% en 2016, +4.8% en 2015, +9.8% en 2014 et +4.8% en 2013.

Dans le domaine de la formation, il est prévu un budget supplémentaire de 63 millions de francs (moins que pour le social, qui bénéficie d’une augmentation de 134 millions de francs). C’est 2.2% de plus que l’année précédente (+2.7% en 2017, +2.3% en 2016, +2.3% en 2015, +3.2% en 2014, +3% en 2013).

Côté ETP, le refrain est le même que l’année passée : « augmentation et augmentation ». Le budget 2018 prévoit une hausse de 230 ETP (contre +386 postes en 2016).

La majorité de gauche au gouvernement a répété inlassablement durant la dernière campagne des cantonales qu’elle souhaitait le statu quo et la « stabilité »… La stabilité dans la dépense aussi, visiblement. Pour le PLR Vaud, « stabilité » prend un autre sens et s’accompagne du terme « responsabilité ». Les caisses de l’État se remplissent grâce aux impôts des Vaudois et ceux-ci ne doivent pas être pris pour des « vaches à lait » afin d’assouvir les velléités dépensières de la gauche. Le risque, confirmé avec ce budget, est d’augmenter les impôts et la dette (que le canton avait pourtant réussi, grâce à un gouvernement à majorité de droite, à réduire drastiquement). Si la gauche veut ouvrir les vannes, le PLR Vaud souhaite ramener l’État à ses missions de base pour limiter ses dépenses et lui permettre une marge de manœuvre adéquate. Celle-ci est nécessaire pour tenir le choc face aux divers imprévus conjoncturels. Le Projet fiscal 17, les répercussions des coûts liés à l’asile, l’initiative sur les soins dentaires (qui coûtera CHF 20 millions à l’État et dont le contre-projet ne sera pas indolore non plus) et l’application de l’initiative contre l’immigration de masse pourront jouer des tours à notre canton.

Le budget 2018 présenté aujourd’hui par l’État de Vaud est dit « transitoire », en attendant le Programme de législature. L’État nous promet un programme « réaliste » qui devra « intégrer une marge de manœuvre financière restreinte ». Le PLR Vaud reste sceptique et se réjouit de voir le programme « allégé » du DSAS, un département qui vient de s’étoffer dans la nouvelle configuration 2017-2022. Le PLR Vaud est conscient que la démographie et le vieillissement de la population jouent un rôle dans la croissance des dépenses, mais ils n’expliquent pas tout. Par exemple, la démographique vaudoise ne légitime nullement l’extraordinaire budget dévolu au social (cf. communiqué de presse du PLR Vaud du 15 août 2017 « Rentrée politique 2017 du PLR Vaud »).

 

Reprenant une phrase de son communiqué 2016, qui est toujours d’actualité, le PLR Vaud réitère que « [s]i le canton de Vaud pouvait se targuer de finances saines, grâce au travail du conseiller d’État Pascal Broulis, la politique des dépenses à tout prix de la majorité de gauche menace de léguer au canton une situation précaire pour les générations futures. » Le PLR Vaud et notamment ses députés aux finances analyseront en détail ce projet de budget.

 

Titres des communiqués du PLR lors des budgets précédents :

Budget 2014 : des signaux alarmants

Hausse des charges, hausse de la dette : l’orientation de la majorité du Conseil d’Etat conforte le PLR dans ses inquiétudes

Budget 2015 : une augmentation des charges à surveiller de près

Le budget est bien tenu, mais il cache des lendemains qui déchantent

Budget 2016 : le canton dépense plus qu’il n’encaisse

Dixième budget équilibré consécutif

Budget 2017 : le canton préfère miser sur le social que sur la formation et les générations futures

Les prévisions pessimistes du PLR se confirment malheureusement

 

Contacts:

Frédéric Borloz, président du PLR Vaud, 079 204 43 30

Marc-Olivier Buffat, chef du Groupe PLR Vaud, 079 252 78 20

Alexandre Berthoud, député et président de la COFIN, 078 756 10 08

Guy-Philippe Bolay, député et membre de la COFIN, 076 414 36 31

Gérard Mojon, député et membre de la COFIN, 079 210 38 68

Georges Zünd, député et membre de la COFIN, 076 321 93 22

Laurine Jobin , secrétaire générale du PLR Vaud, 079 936 71 65

 

Aucune actualité disponible.