Arguments

 

  • Initiative pour l’autodétermination (le droit suisse au lieu des juges étrangers) :

L’initiative promet une réelle clarification de la  relation entre  le droit national et  le droit international, en  faveur du droit  national.  Dans  la  pratique,  toutefois,  elle  ne  peut  tenir  cette  promesse.  Bien  au  contraire:  les contradictions  internes  génèrent  de  l'insécurité  juridique.

Ce projet extrême nuit à la Suisse : il limite considérablement sa marge de manœuvre en termes de politiques  économique  et  étrangère.  La  prospérité,  la  stabilité  et  la  sécurité  juridique  sont inutilement menacées.

Pour prendre part à cette campagne, rendez-vous sur le site internet de la campagne interpartis. Vous pouvez notamment rédiger une déclaration et ensuite la publier sur les réseaux sociaux :https://www.plr.ch/campagnes/non-a-linitiative-pour-lautodetermination/

 

  • Initiative pour les vaches à cornes :

Cette initiative propose d’inscrire dans la Constitution un soutien financier aux éleveurs qui renoncent à écorner les vaches, les taureaux reproducteurs, les chèvres et finalement les boucs. Cela risque de créer des incitations perverses et d’être en fin de compte plus nuisible que bénéfique aux animaux. L’initiative restreindrait en outre la responsabilité individuelle des agriculteurs en alourdissant le système. Finalement, le coût de ce nouveau système péjorerait les enveloppes actuelles dédiées au différent programmes de bien-être des animaux de rente.

Le PLRN tout comme le Parlement et le Conseil fédéral recommandent rejeter ce texte inutile : https://www.blw.admin.ch/blw/fr/home/politik/hornkuh.html

 

  • Modification de la LPGA – Lutte contre les abus aux assurances sociales :

Cette modification de la loi fédérale sur la partie générale du droit des assurances sociales (LPGA) pose les bases légales claires nécessaires à la surveillance des assurés pour lutter activement contre la fraude aux assurances sociales. Cette pratique n’est pas nouvelle. Depuis 2009 et jusqu’en 2016, des observations ont pu être menées légalement sur base de la jurisprudence du Tribunal fédéral et ont permis de confirmer un certain nombre de soupçons de fraude et d’ainsi économiser des millions de francs. Cette modification de la loi est absolument indispensable afin de se redonner les moyens de lutter activement contre la fraude. C’est dans l’intérêt de toutes et tous !

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la page de la campagne interpartis : https://www.surveillance-oui.ch/