L'éditorial du journal LN

Journal du parti libéral-radical neuchâtelois

numéro 25 -  25 septembre 2020

 

Le développement durable en réponse aux conséquences

économiques du Covid-19

Lors de sa dernière session, le Grand Conseil neuchâtelois a validé la révision ambitieuse de la loi cantonale sur l’énergie proposée par le Conseil d’Etat. Nous pourrons maintenant d’autant mieux concrétiser les projets de la Conception cantonale de l’énergie, de la stratégie énergétique 2050 de la Confédération et du Modèle de prescriptions énergétiques des Cantons (MOPEC). Ainsi nous sommes outillés pour relever le défi climatique et c’est heureux.

Mais la pandémie de Covid-19 et son impact négatif sur l’économie et l’emploi n’auraient-ils pas nécessité de remettre en question notre ambition climatique ? Non, bien au contraire. A bien y regarder, la promotion des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique, de la production locale de denrées alimentaires ou encore du développement des infrastructures de transports publics représente une source d’activités économiques locales et régionales particulièrement bienvenues au moment où les marchés internationaux sont amorphes.

Ainsi les investissements générés par la rénovation du parc bâtiments neuchâtelois, la valorisation des ressources renouvelables locales telles le bois, le photovoltaïque, la géothermie ou l’éolien, ainsi que le programme fédéral de développement stratégiques des chemins de fer 2035 sauront soutenir une économie en proie à de réelles difficultés. Et les taux d’intérêt historiquement bas nous aideront à financer ces investissements de manière raisonnable.

D’ailleurs, à son niveau, la Commission européenne ne fait pas autre chose, elle qui veut justement allier la relance économique à la transition énergétique par le biais d’un plan de relance à plusieurs centaines de milliards d’euros. De son côté, la Confédération mise sur une nouvelle loi fédérale sur le CO2 plus ambitieuse, dotée d’un fonds sur le climat plus largement alimenté et permettant le soutien à des mesures de réduction des émissions de CO2 dans de nombreux domaines, dont celui des bâtiments et nouvellement des transports, de l’agriculture et de la sylviculture.

La pandémie de Covid-19 reste un défi sanitaire et économique majeur. Au-delà des enseignements qu’elle nous apporte pour nous préparer et nous protéger à l’avenir d’un virus potentiellement plus dangereux, elle a le « mérite » de nous faire repenser le fonctionnement d’une économie hyper-mondialisée par trop basée sur les énergies fossiles importées. Dans cette situation, relancer l’économie en misant sur le développement durable est la meilleure réponse que nous puissions politiquement apporter.

Laurent Favre, conseiller d’Etat

 

Prochaine publication : 1er octobre 2020