L'éditorial du journal LN

Journal du parti libéral-radical neuchâtelois

numéro 6 - 21  février 2020 - Editorial

HEM: la fin d’une possible économie

Le Conseil d’Etat avait annoncé dans son programme de législature vouloir fermer l’antenne neuchâteloise de la Haute école de musique (HEM) pour réaliser deux millions de francs d’économies. Ce même Conseil d’Etat, auquel le groupe libéral-radical reproche souvent de ne pas oser entreprendre des réformes structurelles pour redresser durablement les finances de notre canton, a pu compter sur le soutien indéfectible de notre groupe.

Les initiants et leurs soutiens au sein de la gauche de l’hémicycle ont usé de tous les moyens législatifs, n’hésitant pas à prôner une votation populaire lors de la récolte de signatures pour finalement la court-circuiter en faisant bloc et en acceptant l’initiative populaire législative, privant ainsi le peuple de se prononcer.

Un référendum est toutefois possible à l’encontre d’une loi ou d’un décret mettant en œuvre la volonté des initiants. Reste encore à voir si le Conseil d’Etat viendra avec un tel projet ou s’il estime qu’in fine la volonté des initiants était de conserver le statut quo et partant qu’il n’est pas nécessaire de soumettre un nouvel acte législatif au Parlement.

Une fois encore, la majorité a eu le dernier mot et le groupe libéral-radical paie les frais de son statut de minoritaire.  Fermer une école de musique n’est pas une décision agréable à prendre, mais faire de la politique signifie faire des choix. Deux millions de francs pour deux élèves neuchâtelois : où est l’égalité de traitement avec les autres étudiants dans notre canton ? Des économies devront être faites. Si celles-ci ne concernent pas la HEM, elles toucheront d’autres domaines de la formation qui ont malheureusement souvent déjà fait l’objet de nombreux trains d’économies.

Rendez-vous à la fin de l’année 2020, lors des votes budgétaires au cours desquels les députés se battront pour des montants bien inférieurs. S’annoncent d’ores et déjà des débats animés et surtout des coupes qui auraient pu être évitées si le Grand Conseil avait donné suite à la proposition du Conseil d’Etat.

 

Béatrice Haeny, députée, présidente de groupe

 

 

 

Prochaine parution : 5 mars 2020