Référendum LRCR

Religions, la parole au Peuple!

Référendum contre la loi sur la reconnaissance d'utilité publique des communautés religieuses (LRCR)

La majorité du Grand Conseil a décidé d’entraver le droit de s’exprimer de la population en cas de reconnaissance d’utilité publique de nouvelles
communautés religieuses.

Les Neuchâteloises et les Neuchâtelois doivent pouvoir se prononcer librement.

Signez le référendum, lancé par le PLRN:

 

Téléchargez des feuilles de signatures

Afin que la population neuchâteloise puisse s’exprimer sur ce sujet sensible, le Parti libéral-radical neuchâtelois a lancé un référendum. La loi adoptée par le Grand Conseil le 2 septembre offre la possibilité de reconnaître d’utilité publique de nouvelles communautés religieuses en plus des trois églises historiquement reconnues. Le PLR souhaite que le peuple puisse avoir son mot à dire. La majorité du Grand Conseil en a décidé autrement, rendant dans les faits un référendum facultatif quasiment impossible. Sans le présent référendum, la Population neuchâteloise ne pourra pas à se prononcer sur la loi adoptée puisqu’elle ne modifie pas la Constitution. Pour le PLRN c’est inadmissible. La parole doit être donnée au Peuple sur ce sujet de société très important !

Si comme nous, vous pensez que :

  • la reconnaissance de nouvelles communautés doit être soumise au vote ;

  • cela touche à un aspect fondamental de notre société ;

  • ce sont les Neuchâteloises et les Neuchâtelois qui doivent se prononcer librement ;

  • les nouvelles communautés reconnues doivent pouvoir se prévaloir d'une pleine légitimité populaire;

signez le référendum !

Le référendum ne remet pas en question la reconnaissance des trois églises actuellement reconnues. Ces reconnaissances ont d’ailleurs été soumises au référendum facultatif à l’époque.

La reconnaissance d’utilité publique implique notamment :

  • La possibilité de recevoir des subventions de l’Etat.
  • La possibilité de demander à l’Etat de percevoir gratuitement un impôt/contribution (impôt ecclésiastique).
  • Le droit d’enseigner librement dans les écoles publiques.
  • La participation aux service d’aumôneries (prisons, EMS, etc.,)