Le mot de la présidence du PLRN

Libertés neuchâteloises n°1 – 21 janvier 2022

Taxe au sucre : une honteuse manœuvre

Souvenons-nous. En mars 2021, le Grand Conseil neuchâtelois renvoyait le contre-projet 20.030 du Conseil d’Etat en commission. Celui-ci visait à apporter une alternative à l’initiative «Pour une assurance des soins dentaires». Plusieurs mesures étaient proposées dont la création d’une redevance annuelle sur les boissons sucrées qui toucherait largement les commerces, les restaurants et les manifestations. La droite, fermement opposée à une telle taxe, avait annoncé d’entrée qu’elle s’y opposerait. Par crainte de l’échec, et afin d’éviter un vote à la majorité qualifiée des trois cinquièmes du Parlement, le dossier fut renvoyé en commission.

Quelques mois plus tard, une manœuvre politique totalement déraisonnable a fait son apparition dans les débats de la commission – le Parlement doit se prononcer sur sa nouvelle proposition lors de la session de la semaine prochaine. S’il y a peu de changement sur le fond, un élément majeur vient totalement rebattre les cartes: alors que le projet initial regroupait deux modifications de loi qui devaient être votés ensemble à la majorité qualifiée des trois cinquièmes, les deux projets seront cette fois votés séparément, à la majorité simple, grâce à des aménagements quelque peu discutables.

Alors que les prélèvements sur la masse salariale, les taxes et les redevances sont plus élevés que jamais dans notre canton. Alors que la crise sanitaire s’est notamment attaquée aux secteurs de la restauration, du commerce, du sport et de la culture. Alors que nous sommes très loin d’avoir retrouvé le niveau de viabilité de nos entreprises d’avant la crise, la gauche s’acharne toujours davantage sur ces secteurs d’activités menacés.

Nous serons clairs : cette redevance sur les boissons sucrées est excessive, favorise le tourisme d’achat, pénalise la compétitivité de nos entreprises déjà trop sollicitées et menace la vitalité des manifestations culturelles et sportives.

Laissons nos entreprises respirer et arrêtons cet acharnement systématique qui remet en question l’attractivité de notre canton. Refusons ce contre-projet!

Béatrice Haeny, députée, présidente du groupe libéral-radical au Grand Conseil neuchâtelois

 

Prochaine parution: 4 février 2022